trwałość Tydzień


Podziel się tym artykułem ze znajomymi:

Zrównoważony rozwój tygodniu

Jednym ze sposobów, aby zachęcić obywateli, społeczności i przedsiębiorstw, aby zmienić swoje nawyki, aby oszczędzać planetę i klimatu.

Termin ten pochodzi od Szczytu Ziemi w Rio w 1992, wygląda lepiej do publicznej wiadomości: to jest połączenie wzrostu gospodarczego, postępu społecznego i ochronę środowiska.

« En 2002, seuls 9 % des Français avaient connaissance de cette notion, aujourd’hui 50 % disent connaître le mot et 40 % peuvent en donner la définition. Le terme est bel et bien entré dans l’usage courant », estime la ministre de l’Ecologie, Nelly Ollin. « Le thème commence à prendre du sens », reconnaît Christian Brodhag, délégué interministériel au développement durable. Ce dernier s’avoue plus « dubitatif sur les changements de comportement » qu’occasionne cette semaine d’événements, organisée pour la quatrième année consécutive.

W tym przypadku prawie inicjatywy 1400, dwa razy w zeszłym roku, zostały wybrane.
On retrouvera ainsi des expositions, des journées portes ouvertes, une série de conférences et colloques et des actions de terrain: promotion du vélo ou des économies d’eau dans le lavage des voitures, labellisation « développement durable » dans des villages de moins de 2000 habitants. Le tout sera appuyé par une campagne de spots radio et télévision, et la distribution d’affiches et de brochures sur les « gestes citoyens » au quotidien, dont l’une, aux couleurs de Babar, est destinée aux 4-8 ans.

MEDEF (pracodawcy) w dziedzinie poprzez uruchomienie instrukcji niż sto dobrych praktyk dla przedsiębiorstw. Są one coraz częściej komunikują się na zrównoważonym rozwoju.

Le ministère de l’Environnement réfléchit aux possibilités d’étendre « l’étiquette énergie », déjà appliquée aux voitures et à l’électro-ménager à d’autres produits. But: signaler leur valeur en dioxyde de carbone (CO2). Par exemple, comptabiliser et afficher les émissions de gaz à effet de serre sur une barquette de fraises importées du bout du monde hors-saison. D’ici là, « aux consommateurs de se montrer responsables », estime la ministre de l’Environnement.

Ethicity, une agence de conseil aux entreprises en matière de développement durable, a réalisé une enquête sur l’état d’esprit de l’opinion française sur le dossier, en interrogeant en mars 4500 personnes représentatives. Une sur deux « se sent concernée par l’état de la planète », explique Ethicity. 83 % indiquent avoir pris conscience de leur pouvoir d’action au travers de leurs achats. Et plus de 20 % pensent qu’il faut simplement consommer moins ». Si rien ne répond à ces préoccupations, prévient l’agence, « on court le risque de voir les plus gros consommateurs opter pour la décroissance ».


facebook komentarze

Zostaw komentarz

Twój adres e-mail nie zostanie opublikowany. Wymagane pola są oznaczone *